Comparatif Vifa DX25, XT25 et Scanspeak 6600

7 Réponses

  1. ThierryD says: (lecteur justDIYIt)

    travail intéressant.

    sur le papier,les différences entre des tweeters d’entrée de gamme et haut de gamme est extrémement tenue.
    un avantage pour le 6600 pour les coupures basses.
    les tests IMD sont explicites.

    le sonograme ,AMHA,ne peut représenter une valeur de comparaison.
    il met en avant le retard de groupe.(qui est l' »image » de la courbe d’amplitude ( la dérivé )
    surtout en absence de filtrage électrique.

    1. Cédric says: (auteur justDIYIt)

      Bonjour. Ici les sonogram et waterfall représentent exactement la même chose, le waterfall est plus visuel, le sonogram plus lisible mais ils font double emploi dans cet article. Ces CSD sont peu intéressants dans ce test car il n’y a pas grand chose à voir et on ne peut en déduire grand chose. L’information principale étant surtout les petites résonnances en fin de bande passante. Le Busrt Decay nous aurait donné la même information avec une lecture plus intuitive. Effectivement dans le cadre d’un test de haut-parleur non filtré le Burst Decay suffirait. J’ai enregistré ces Burst decay en présentation waterfall je vais probablement les rajouter dans l’article. Je reviendrai plus tard sur l’intérêt du CSD lors de la mesure d’une enceinte filtrée.

  2. forr says: (lecteur justDIYIt)

    Bonjour,
    Il y a une erreur sur le lien du ScanSpeak, il renvoie à la notice du Vifa XT25.
    Les tweeters sont affectés de paramètres comme les enceintes closes, Vifa précise les amortissements, ScanSpeak non. Ce serait bien de les mesurer
    Pour faire un filtrage exact, il faut en tenir compte, Linkwitz en a donné l’exemple en 1978.
    Cdt.

    1. Cédric says: (auteur justDIYIt)

      Bonjour,
      c’est corrigé pour l’erreur sur la notice.
      Concernant l’amortissement je ne comprends pas bien de quoi vous parlez. Le coefficient d’amortissement mécanique est donné (Qms) et les paramètres qui y sont liés comme Rms, Cms, ou Mms sont donnés également. Est-il possible d’en savoir plus sur ce qu’il faut mesurer et à quoi ça sert dans le filtrage ?

  3. forr says: (lecteur justDIYIt)

    Bonjour,

    Je n’avais pas souvenir d’avoir laissé un commentaire, et n’étant pas revenu sur cette page depuis, je n’ai pas répondu à la question

    Les coefficients d’amortissement des tweeters Qes, Qms et Qts se mesurent comme pour les autres HP. J’utilise WtPro de Smith & Larson.

    Le comportement des tweeters est le même que celui des enceintes closes, à savoir celui d’un filtre passe-haut du second ordre calé sur la fréquence de résonance, fs, et dont le Qts définit la surtension (Qts=0.500, -6 dB; Qts=0.707, -3 dB; Qts=1 0 dB)

    L’effet de ce filtre inhérent au HP s’ajoute à celui du filtrage passe-haut, réalisé en passif ou en actif, dont le but premier est d’éviter les débattements excessifs de la membrane.

    Plus la fréquence du filtrage sera éloignée de la fréquence de résonance, moins l’effet de cette dernière se fera sentir.

    Pour des raisons pratiques, on mesure l’écart entre ces fréquences en octaves et fractions d’octave.

    Soit un tweeter résonant à 1 kHz filtré en passe-haut à 2 kHz en Linkwitz-Riley à 12 dB/o.

    La pente du filtre va, grosso modo, être de 12 dB/o de 2 à 1 kHz, puis 12+12 = 24 dB/o en dessous.

    La fonction globale obtenue n’est plus vraiment celle d’un 12 dB/o et la réponse de la conjugaison avec le HP de grave sera loin de correspondre à ce que l’on en attend.

    Pour bien faire, il faudrait que le fitrage cesse progressivement son action à l’approche de la résonance.

    Il y a divers moyens d’y arriver, dont le plus connu (plus = vraiment peu, encore aujourd’hui) est celui des « transformées » dues à Linkwitz. J’ai proposé sur le forum Audax des solutions assez simples pour les processeurs numériques, par exemple :

    http://www.audax.fr/forum/read.php?4,12214,18674#msg-18674
    (post mercredi 28 avril 2010 15:09:34)

    ou là :

    http://www.audax.fr/forum/read.php?4,23565,24009#msg-24009

    L’effet de la résonance du tweeter et sa correction sont assez faciles à simuler, tout comme l’est la mise en oeuvre de « transformées » sur les processeurs numériques.

    Les transformées me paraissent un complément indispensable aux filtrages quasi-optimaux qui consistent à minimiser les variations de retard de propagation de groupe (group delay) dans les enceintes à plusieurs voies.

    Cordialement.

    Forr

  4. Christopher Dion says: (lecteur justDIYIt)

    J’aime beaucoup cet article ! C’est en effet un travail intéressant. J’allais me procurer un 6600 pour un projet, mais à la lumière de ces résultats, je trouve même que le XT25 s’en très très bien dans plusieurs cas, à condition de rester assez haut en fréquence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *