NAJDA : Réception et Présentation

5 Réponses

  1. Pguérin says: (lecteur justDIYIt)

    Une carte de conversion USB/I2S asynchrone comme la WaveIO complète bien le système !

    Cela permet de conserver les deux entrées numérique optique et Coaxiale pour d’autres sources que le streaming audio.

    Cordialement,

    P Guérin

  2. P.Vorreux (pvrx sur les forums) says: (lecteur justDIYIt)

    Un autre avantage est la télécommande du volume, qui se paramètre en quelques secondes.
    Le son produit est absolument irréprochable, le bruit de fond inexistant, même l’oreille dans le creux du pavillon… A l’oreille, le Najda vaut le BSS. Mais il coûte incomparablement moins cher, et en fait largement plus. Il traite 2×4 voies, extension possible à 2×5 voies.
    Lors de l’utilisation du logiciel de pilotage NUC (Najda under control), des bugs peuvent apparaître, et rendre la carte inutilisable.
    Bien que ce problème soit (paraît-il) assez rare, il semble lié à Windows 8.1, il faut rester vigilant.

  3. zyq says: (lecteur justDIYIt)

    bonjour

    je vois que la sérigraphie a été revue ^^ (beaucoup plus joli comme ça )

    cette carte fait très schizophrène quand même ,sur la photo il y a écrit « najda pre amp » sauf que si on utilise les sortis numérique point de pré-ampli,de la même façon une entré analogique ne me parais pas indispensable (ajoute d’une conversion analogique/numérique)tout comme les possibilités offerte part les extensions (2 entrés i2s semble suffisant)

    ça donne l ‘impression d’une carte 2 en 1 qui veut « ratisser » large entre les néophytes (comme moi) et les pro de la bidouille , mais du coup le manque d’alimentation d’origine (pour les gens comme moi) et le manque de bidouille(contrôle du volume part le dsp part ex(choix technique )) pour les pro font de cette une carte , une carte schizophrène ^^

    cordialement

  4. JLouis says: (lecteur justDIYIt)

    Désolé, je ne comprends pas le commentaire de zyq qui ne doit probablement pas être utilisateur de cette excellente carte, et sa finalité.
    – il y a beaucoup de fonctionnalités, certes, on ne va pas critiquer tout de même, c’est s’il en manquait qu’il faudrait le faire !
    – En l’occurrence Najda se substitue totalement à un préampli et peut attaquer directement des amplis, c’est pas mal, non ? Il y a même possibilité de paramétrer le niveau de sortie jusqu’à 6v (de mémoire)
    – La conversion ADC est indispensable aux utilisateurs de platines vinyl, tuners analogiques, …
    – Les extensions I2S ne sont accessibles qu’au travers des connecteurs pour nappe sur la carte, un utilisateur qui n’en a pas besoin ne les verra jamais
    – pas besoin d’être un bidouilleur de génie pour mettre en service une carte et lui raccorder une alimentation à découpage ou linéaire, il suffit de savoir lire et tenir un fer à souder, et ce d’autant avec le kit pour face avant maintenant fourni qui n’existait pas au moment où nous l’avons mis en service
    – par ailleurs le controle de volume n’est pas fait par le DSP mais par un circuit analogique comme indiqué clairement dans la prise en main…
    – les pros ont des gammes spécifiques (et sont en général en symétrique) et en général ne sont pas des bricoleurs, ils peuvent payer du matériel cher, donc la cible est bien celui qui veut s’amuser un peu en électronique, d’ailleurs le fil de support est sur Diyaudio.
    Cdt

  5. Yannick Mahé says: (lecteur justDIYIt)

    un truc que je ne saisis toujours pas avec ces cartes DSP (et tout ce qui est DSP en général), c’est que je me pose des questions (en fait, c’est plus que ça) à propos de la qualité sonore.

    En effet, dès qu’il y a un DSP qq part sur la chaine, on perd l’aspect « bitperfect ».
    J’avoue que jusqu’à présent, que ce soit lors d’enregistrements/masterings ou à la reproduction (filtres actifs, effets, égaliseurs), le fait de perdre me frustre énormément quand à un aspect fondamental pour moi en ce qui concerne la qualité sonore : on perd énormément de qualité sur les signaux de faible ou très faible amplitude, les effets de réverbération en souffrent beaucoup par exemple. Et ce même avec du matériel de prix « inavouable ».
    Il me semble que j’entends très bien aussi l’effet de cette perte de bitperfect avec tous les convertisseurs équipés de puces dac Sabre, qui reéchantillonnent tout le flux numérique en one bit calé sur une horloge locale : astucieux, mais pas bitperfect.

    Je connais des pros de l’enregistrement (plutôt musique classique) qui du coup préfèrent effectuer le maximum d’opérations dans le domaine analogique, quitte à effectuer une conversion DA puis AD supplémentaire : ils trouvent ainsi que les pertes sont moins importantes.
    En dehors des réverb, je peux dire que l’effet d’un DSP sur le son du frottement du crin sur une corde de violon est sacrément audible.

    Alors bien sûr, pour les alignements temporels, on n’y coupe pas.
    Et pour régler un système rapidement, il n’y a rien de mieux. Cette technologie est parfaite pour la sono, ou même le cinéma. Tous les « gros signaux » seront particulièrement bien gérés.

    Mais pour un système audio de haute qualité qu’on écoute tous les jours, et si on a des « exigences » qui ressemblent aux miennes, les solutions complètement analogiques sont imbattables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *